DJERKINSTALL_1B

 Un vécu collectif unique / un « ici et maintenant » toujours à redéfinir.

Ainsi dans la conception et la conduite d’un projet, le mandat institutionnel confère aux acteurs sociaux leur légitimité. Mais l’action ne prend véritablement sens et ne peut effectivement se réaliser que sur fond de manque et d’indétermination. Car cette incertitude « oblige les (acteurs) à l’échange, à la confrontation et les habitue au doute, à la recherche progressive des éléments moteurs des situations ». Quant au but d’un projet, il demeure une fiction ou, au moins, une « réalité clignotante ». Elle est nécessaire, non pas en tant que finalité objective mais en tant que « référent imaginaire » de l’action collective, comme conception partagée dans un « ici et maintenant » toujours à redéfinir. Car le projet ne peut tirer son sens que de sa capacité à engendrer et à construire un récit collectif, il faut donc qu’il soit marqué de manque, d’inachèvement et d’indétermination pour être une fiction nouvelle et commune.

LE PROJET COMME « FICTION COMMUNE » / Jean-Bernard PATURET - Philosophe, Professeur des universités, Montpellier